recherche avancée

Chargement
interview
de Lascaux

INTERVIEW #13

 

LASCAUX

 


1- Bonjour Grégoire, peux-tu présenter Lascaux?

Lascaux est formé depuis 2011. Clément est au chant, Martin aux claviers, Victor joue de la guitare et moi de la batterie. On avait juste une idée de son au départ, un son plutôt sombre, presque caverneux, l’idée du nom « Lascaux » est arrivée vite à partir de là.  Cela passait aussi par notre choix de ne pas avoir de bassiste mais plutôt un Moog et une armada de synthés. On a commencé à écrire des morceaux dans notre coin. Une fois qu’on était satisfait, on a décidé de répéter tout ça pour créer un set live qui gardait cet esprit.

 

2- Comment décrirais-tu votre musique ?

Notre musique n’est pas simple à décrire. On fait de la pop mais parfois le côté rock prend le dessus, ou plutôt le côté « froid ». C’est un peu de la musique pop avec un côté obscur (haha !). Encore une fois, le fait qu’on ai pas de basse dans le groupe joue forcément un rôle. On ne peut pas penser ou agir comme « un groupe à guitare ». C’est ce qui nous permet de nous détacher du rock garage ou d’un esprit trop underground. Du coup, comme tout ça est compensé par les claviers, il y a un côté 80’s qui ressort et qui nous plait. 

On essaye, quand on compose de ne pas partir d’une idée que l’on a déjà vu ou entendu quelque part. On écrit des choses, chacun, et après on se réunit pour faire coller le tout à Lascaux. Petit à petit avec cette méthode, on a pu trouver notre identité musicale, notre style. Il ne suffisait pas de se reposer sur un line-up original. 

 

3- Vous venez de sortir votre 1er disque "Losing Sleep", peux-tu nous en parler?

Au début, il était question qu’on enregistre un EP pour que certains de nos titres ne restent pas que des démos. Puis les événements qui ont suivis ont changés un peu nos plans, heureusement pour quelque chose de mieux. Grâce à notre maison d’édition (BMG) on a eu l’occasion d’aller enregistrer ces titres en Angleterre pendant l’été 2014. Ça nous emballait parce qu’on a toujours eu un penchant pour la culture anglaise, que ce soit pour la musique ou en général. On a saisi notre chance et l’équipe anglaise avec laquelle on a été en contact a fait un boulot monstrueux sur tous les plans. On a d’abord pu peaufiner les textes, l’ingénieur son a bossé sur le matériel qu’on lui avait envoyé avant et tout le côté logistique était déjà réglé. A partir de là, on est partis dans le nord de l’Angleterre pour enregistrer huit titres au Chapel Studio dans le Lincolnshire, pas loin de Sheffield. C’est ici que des groupes comme Arctic Monkeys, Editors ou Kaiser Chiefs ont enregistrés leurs premiers albums donc évidemment, ça nous plaisait. Ça a été notre maison pendant environ une semaine. C’est un lieu super avec comme room principale une ancienne chapelle qui sonne terrible. On y a même utilisé l’orgue hammond pour la fin de Vice Hotel. 

On a enregistré les parties de batterie, de percus, de guitare, quelques choeurs, une grosse partie des claviers et quelques prises de chant lead à cet endroit et le reste des parties de choeurs, de clavier et des prises de chant qui restaient ont été faites la semaine suivante à Londres dans un studio de Chelsea. Le mix s’est fait là-bas et on a eu le droit à un super mastering réalisé dans un studio d’Hastings. Une production 100% anglaise en quelque sorte. 

Après on a réfléchit à un nom, on ne voulait pas faire de ce disque un album éponyme car on ne trouvait pas que cela lui correspondait. En travaillant sur les textes des morceaux, il a été question à un moment de remplacer le nom du titre  « Solution » par « Losing Sleep ». Ça ne s’est pas fait mais on a gardé « Losing Sleep » comme nom d’album parce que c’est exactement l’ambiance du disque. Nous l’avons enregistré en peu de temps, ça nous a demandé pas mal de boulot en amont, on ne peut pas dire que nous avons beaucoup dormi durant cette période.

Ensuite on a décidé de sortir l’album nous même, on a travaillé avec Jade Labrunye, une graphiste dont on aimait le travail, pour qu’elle réalise la pochette et on a opté pour une sortie digitale dans un premier temps. On compte en presser quelques uns pour les concerts.

On est content du résultat, on va utilisé cet album comme on comptait utiliser l’EP mais l’avantage c’est qu’on a un produit de meilleure qualité avec un son qui nous ressemble vraiment. 

 

4- Quels sont vos projets à venir ?

Notre priorité maintenant est de présenter l’album en live donc on met l’accent sur les concerts en essayant de ne pas se contenter de jouer en France. On a pu jouer dans un festival en Angleterre dernièrement et ça s’est bien passé, le public était très réceptif à notre musique donc c’est un début. 

On a fait de Daydream le premier single de l’album donc on est en train de réfléchir à un façon efficace de le clipper.

Dans le même temps, on continu quand même de composer. On a écrit de nouveaux titres dernièrement donc on commence à avoir de nouveau de quoi enregistrer plus tard. 



5- Quels sont vos influences musicales ?

On a beaucoup d’influences différentes. On essaye quand même de s’en détacher pour garder notre identité musicale mais en général, toute la culture rock nous intéresse. Après il y a forcément des groupes qui se rapprochent de notre univers. Toute la scène rock anglaise des années 80 représente beaucoup pour nous. Avec des groupes comme The Smiths, New Order, Joy division, ou même des formations moins connues comme The Sound ou The Chameleons. Il nous arrive d’écouter ces groupes et de nous dire qu’ils comprennent et jouent leur musique exactement de la même façon que nous faisons la notre à une époque différente. Il y a aussi actuellement des groupe qui sont dans cet esprit et qui nous parlent beaucoup comme par exemple The Horrors ou même Depeche Mode. On aime aussi particulièrement de gros groupes anglais qui nous ont forcément influencés comme Kasabian, Oasis ou même Radiohead.

Mais l’important pour nous vis à vis de ces groupes, c’est de savoir ce qu’on en fait pour créer notre musique, avec nos moyens et notre lieu de résidence.

Lascaux sur la Sonothèque : http://sonotheque-hn.com/artiste-837-lascaux.php

 

news