recherche avancée

Chargement
interview
de Doppelgänger

INTERVIEW # 53

 

DOPPELGÄNGER

 

réalisée dans le cadre du Festival We Love Le Havre et du lancement de la compilation I love LH #5

 

 

 

1- Pouvez-vous présenter Doppelgänger?


Le groupe a été formé courant 2011 suite à un changement de line up de notre ancien groupe. Arthur, Clément et moi (Jordan) jouions ensemble depuis quelques temps et nous avions envie de durcir le son du groupe, de faire évoluer notre style, ce que nous avions déjà entamé avec l’autre groupe.
Au début du groupe, nous étions donc 3 seulement, et Clément et moi nous partagions le chant. C’était cool pendant un moment, mais par la suite, nous nous sommes senti limité, dans le sens ou musicalement, on ne pouvait pas faire tout ce que nous voulions, vu qu’on devait chanter en même temps..
Du coup, Clément nous a proposé d’intégrer un chanteur, et c’est naturellement que son frère Thomas est entré dans la formation.
On a donc décidé de bosser à nouveau tout les morceaux qu’on avait, d’en composer de nouveaux et d’enregistrer un album avait tout ce qu’on avait, et ça a donné notre 1er album « Until we collapse », que l’on a pu commencer à démarcher sur quelques dates.
Depuis, Thomas est parti à l’étranger pour continuer ses études et on a trouvé un remplaçant, Guizmo, avec qui on bosse le nouveau set.

2- Pouvez-vous nous parler de "Until we collapse" votre 1er album, disponible sur vos concerts depuis peu? Comment décririez-vous votre musique?

L’album a été enregistré de Septembre 2013 à Avril 2014. Nous avons tout fait nous même avec l’aide de quelques proches (de la compo, à l’enregistrement, en passant par le design de la pochette).
On a repris quelques anciens morceaux et on les a mélangé à de nouveaux, en essayant de trouver un ordre cohérent pour l’enchainement du disque.
Le disque est assez progressif dans l’ensemble: il commence avec des morceaux plus rock, plus simple peut-être (dans l’ensemble, les morceaux se trouvant au début de l’album sont les plus anciens) et se dirige vers des morceaux plus réfléchis et aboutis vers la fin. On a trouvé cool de caler un morceau sans chant au milieu du CD, ça fait office d’interlude et il apporte une vrai ambiance particulière et inattendue. On trouvait également que le dernier morceau de l’album (Confessions) collait parfaitement pour la fin, et permettait de finir en longueur, de finir sur une partie qui va rester en tête et mettre du temps à se terminer.
On ne s’enferme pas dans un style précis, on écoute de tout, et dès qu’on trouve une partie cool à jouer, on essaye de la coller à la partie précédente en trouvant une transition, c’est pourquoi on retrouve rarement les même parties dans nos morceaux, excepté pour un ou deux morceaux.
On cite beaucoup de groupes dans nos influences car on a nous même du mal à se trouver un genre précis. Ça part du rock, puis on emprunte des riffs au blues, quelques mélodies et de la lourdeur au hardcore, on mélange tout et on obtient un morceau.

3- Quels sont vos projets à venir avec Doppelgänger?

Le principal projet, c’est de trouver des dates (ce qu’on a déjà commencé à faire) pour jouer le plus possible et faire connaitre et présenter notre CD aux gens. Un fois que le set est en place, on peux perfectionner certains morceaux, se lancer à nouveau dans la compo et par la suite, pourquoi pas, envisager d’enregistrer quelque chose d’autre, un EP, un autre album ou pourquoi pas un Split! On a l’avantage de pouvoir enregistrer nous même nos morceaux et pour le moment, ça nous convient donc autant en profiter le plus longtemps possible!

news