recherche avancée

Chargement
interview
de Sylvain CHOINIER

INTERVIEW # 46

 

SYLVAIN CHOINIER

 

1- Bonjour Sylvain, peux-tu présenter ton parcours musical ?

 

J'ai commencé par la guitare classique quand j'étais enfant puis ado j'ai changé pour la guitare électrique. Après mon bac je suis rentré en musicologie à la Sorbonne ; à l'époque j'habitais encore à Paris. En parallèle du conservatoire je suis rentré à l'American School of Modern Music, une école de jazz. Après j'ai passé un diplôme de musiques actuelles. Ça c'est pour la partie apprentissage ; concernant la plus importante, la « vraie » musique avec des gens j'ai tout d'abord joué beaucoup de jazz avec notamment les groupes Kumquat, la Petite Perezade, la Grande Perezade, Camera, etc. Ma rencontre avec les rouennais des Vibrants Défricheurs m'a fait un peu dévier vers des musiques plus électriques (Syntax Error, KaraRocké) et aussi traditionnelles (Gros Bal).

J'évolue donc dans plusieurs univers musicaux : jazz et musiques improvisées, rock indé et musiques trads.


2- Tu es un musicien très actif, entre Kumquat, Syntax Error et la sortie de ton album solo Call it Anything, comment gères-tu ces différents projets de front ?


J'ai la chance de pouvoir me consacrer pleinement à la musique et d'être musicien à temps complet. J'ai effectivement pas mal de groupes mais ils n'ont pas tous une actualité avec sorties de disques, concerts et tournées en même temps. Il y a donc des temps forts pour chacun mais pas forcement au même moment même si des fois il y a des périodes très chargées ou ça se chevauche pas mal...

En tous cas ça me plaît de faire des musiques différentes avec des musiciens différents. Avec le temps j'essaie d’affirmer une identité musicale et celle ci peut avoir plusieurs facettes.


3- Peux-tu nous parler de ton album Call it Anything?


C'est un projet qui s'est fait avec le temps, au fur et à mesures des rencontres. J'ai travaillé il y a quelques années sur un spectacle de danse contemporaine où je faisais la musique en direct sur scène. C'est là que j'ai commencé à bosser avec des pédales de samples et à triturer les sons de la guitare. Après j'ai intégré le Musée de la Musique (Cité de la musique-Paris) où je fais des concerts pédagogiques pour présenter la guitare électrique moderne avec pédales d'effets et guitare préparée. J'ai écris pour ça des pièces où l'idée est de voir la guitare comme un micro géant où on peut faire résonner objets, téléphone portable, etc.

Ayant toute cette musique avec moi j'ai eu finalement l'envie de l'enregistrer et la jouer devant des gens.


4- Quels sont tes projets à venir ?

 

Tout d'abord la sortie de ce disque et une mini tournée (Rouen, Lille, Bruxelles). Après j'ai toujours pas mal de concerts avec Syntax Error, Kumquat, le Gros Bal, Paranormalement, etc. Mon nouveau groupe qui m'enthousiasme énormément s'appelle King Biscuit ; c'est un duo guitare/violon avec Fred Jouhannet. Le groupe est assez jeune mais démarre sur les chapeaux de roues ! On prépare pour l'année prochaine un projet sur les 100 ans d'Alan Lomax ; à suivre donc...

news