recherche avancée

Chargement
interview
de NUIT

INTERVIEW #41
N U I T

1- Pouvez-vous présenter votre projet musical?

Julien Burel : En fait, N U I T est un groupe qui est né très vite. Ce qui a été surprenant, c'est que tout a fonctionné tout de suite. Au début, nous étions 2, Guillaume et moi même, dans une formation purement electro (Spin Smashers), mais pour être complétement franc, nous tournions en rond et c'était pas très épanouissant artistiquement. Guillaume et moi avions envie de quelque chose de + "neuf", de + "élaboré", un peu moins "machinal". C'était en mai 2013. On s'est tout de suite dit qu'il faudrait faire appel à un chanteur, pour que les titres puissent avoir une vraie identité. Avant Spin Smashers, je faisais partie du groupe Thistle Byrne avec Craig Walker (ex-Archive / Mineral) et c'est dans ce cadre que j'ai rencontré William dans les coulisses de l’émission One Shot Note. Je ne savais pas qu'il chantait. Un jour, il est venu me parler sur Facebook en me disant qu'il aimerait essayer de poser sa voix sur un de nos titres, comme ça, pour essayer. Et là, on a tout de suite adhéré, N U I T était né.
Gaétan a rejoint le groupe quelques semaines + tard. Je connaissais ses talents d'ingénieur du son ("un compresseur doit s'entendre !!"). Je suis donc allé le voix pour lui demander son aide au mixage des morceaux. Il a accroché  tout de suite sur le projet, en proposant d'y ajouter de la "vraie" batterie. C'est donc tout naturellement qu'il a rejoint le groupe et qu'il y a apporté une autre dimension, une autre vision.
Nous sommes donc 4, tous compositeurs. Peu importe qui apporte l'idée initiale, on arrive tous à rebondir dessus et le résultat dans son ensemble sonne de façon homogène.
Mars 2014, nous venons de réaliser notre 1er EP. Nous nous apprêtons à répéter pour se préparer à la scène et continuons d'enregistrer des nouveaux morceaux en vue d'un album.

2- Comment décririez-vous votre musique?

JB : C'est assez difficile à décrire, ou tout du moins, à la ranger dans une case bien définie. Je dirais que la base est électro, mais dans un environnement + pop, voire rock parfois. Les titres sont assez sombres et on essaie de laisser une place importante aux expérimentations sonores. S'il faut donner des étiquettes, je dirais qu'on se situe entre l'Archive d'y il y a 10 ans, Portishead ou les + récents Suuns ou James Blake. En tout cas, ces groupes ont une influence directe sur notre musique.

3- Pouvez-vous parler de votre 1er EP et des 4 vidéos qui y sont liées?

JB : L'EP contient 4 titres. Nous avons tout de suite voulu lier l'image au son. Dans 1 er temps, nous avons réfléchis à une identité visuelle forte (Merci à l'excellent Franck Marry !) et avant même d'avoir posté le 1er titre, nous avons donné quelques indices audio et vidéo de notre univers par le biais de teasers.
Une fois le disque enregistré, nous avons demandé à 4 réalisateurs de les clipper. L'idée était de leur laisser entièrement carte blanche . Nous voulions qu'ils puissent s'approprier notre musique en leur attribuant une image, un univers.
Aurèle Lavalle a réalisé "Enjoy the night", road-movie mettant en scène 3 femmes fatales ayant envie de s'amuser... Mais pas que.
Camille Cotteverte a réalisé "I feel love", tourné à Los Angeles avec l'actrice Ash Lendzion. L'univers est onirique et oppressant, où le personnage principal se confronte à sa propre schizophrénie.
Thomas Skrobek a réalisé "Not here to fight", tourné sur le port du Havre où un vieil homme se retrouve plongé dans le souvenir de son 1er amour.
Jean-Marie Chatelier réalisera "No pain no game". Le clip n'est pas fini, je préfère ne pas trop en dire.

4-  Quels sont vos projets à venir?

JB : Avant tout, défendre l'EP , le faire découvrir. N U I T est tout jeune mais nous avons envie de faire découvrir notre musique bien au delà de notre réseau d'amis. C'est aussi pour ça qu'on se prépare à la scène.
Nous espérons commencer à tourner dès cette année. En parallèle, nous continuons d'écrire, de composer, d'enregistrer et l'album se dessine doucement.



news