recherche avancée

Chargement
interview
de Lady Arlette

1- Peux-tu nous présenter ton projet musical?

Lady Arlette est « née » officiellement il y a 5 ans (mais finalement, c’est tellement une partie de moi, qu’elle doit être là sans que je le sache depuis bien  plus longtemps ;)). Il y a 5 ans, donc, j’ai voulu, « pour le plaisir » (et pour m'amuser avec Cubase et Reason !) enregistrer quelques titres que j’avais écrits depuis quelque temps et/ou joués avec d’autres formations. Je me suis fait une sorte d ‘album « à la maison », sur lequel j’ai invité des gens que je côtoyais, soit dans des groupes soit dans des relations plus amicales que musicales … Ça a donné « Le Cabaret Improbable », dont vous avez je crois un exemplaire ! On y croise notamment Gene Clarksville, Claire Jau, Ariane Delamotte (Qu'en pense Gertrude ?), Evelyne Boulbar, Yann Anthoine (FCR ...), le batteur Titaye … et … Pierre Lacheray avec qui je préparais mon mémoire de DEM … Du coup, l’idée est venue, incongrue,  de passer des sillons à la scène, de la musicienne à la « vedette » ! Le nom de Lady Arlette était une sorte de clin d’œil, une boutade. J’étais déjà à côté de la plaque à 15 ans et peu réceptive à ce qui était à la mode  (préférant Zappa ou Thiéfaine au top 10 du Top Cinquante…) , ça n’allait pas changer 20 ans plus tard … J’aime ce côté décalé du nom « Lady Arlette ». C’est pour ça aussi que j’avais cette robe de mariée absolument horrible, ce chapeau trouvé à FestiFête…  puis ensuite, j’ai trouvé une tenue moins décalée. Finalement je reviens petit à petit à quelque chose de plus sobre, mais toujours avec les Doc roses ! J’ai toujours aimé ce côté Cabaret, avec mélange de numéros, de style. Ce côté foutraque, freaks et non défini. Je ne peux me cantonner dans une seule voie … C’est tellement bien de regarder ailleurs.
Pour en revenir au début, j’avais juste envie de faire de la scène, de chanter mes chansons. Du coup, j’avais déjà Pierre « sous le coude » ;). Je connaissais Paolo Consiglio (avec qui j’avais préparé l’année d’avant la partie « pratique » de mon DEM). Le jour où je lui en parle, il discute au téléphone avec Laurent Gauthier, batteur de son état, qui a dit oui aussi. L’équipe scénique était là ! C’était en 2008. ET ils sont toujours avec moi !!! Nous avons eu assez vite une belle reconnaissance des pros en Normandie (1er prix au Tremplin Band Passante, idem au Tremplin Musiques Actuelles de Bernay, présélectionnés à Booster en 2011 …). Des soutiens aussi, inconditionnels comme Redge de la Murmure et Le Trianon Transatlantique où nous répétons depuis 4 ans et qui nous a offert parmi nos plus belles dates ! On s’entend très bien et on passe à chaque fois d’excellents moments. Nous rions beaucoup. Bref, en 5 ans, de beaux concerts, deux albums … Ca fait du bien !



2- Comment décris-tu ta musique?
Des amis ont trouvé le nom de « rock dentelle », ce qui nous correspond assez bien. Rock pour l’énergie, le son et la dentelle pour l’écriture des textes. Mais de plus en plus j’utilise le mot chanson. Il me plait aussi beaucoup. On dit que Dominique A, ou Thiéfaine font de la chanson, comme Bashung ou Brigitte Fontaine car un soin particulier est accordé à l’interprétation et aux textes. Ca me touche plus.
Chanson rock peut-être … J’attends que cette proposition soit faite dans les formulaires internautiques ! Finalement, pour ceux qui ont le souci de l’écriture, on ne rentre jamais dans les cases ! Les choix sont faits souvent plus en fonction de la musique que des textes. Après tout une Brigitte Fontaine peut avoir des paroles bien plus « punk » ou rock n roll qu’un groupe rock de base !

 


3- Peux-tu nous parler de ton dernier album "Je suis diva"?
On a pris un soin très particulier pour le faire, de l’écriture jusqu’à la com’ ! Non pas que « Je suis Madame » était moins soigné mais il était la photographie de titres composés sur de nombreuses années, une première marque du groupe. « Je suis diva », au titre bien ironique bien sûr, est plus homogène : on y a travaillé un an. Les garçons (Paolo Consiglio, Laurent Gauthier et Pierre Lacheray) ont mis la main à la patte de la composition de certains titres. Pierre-Alexis Quoniam qui a déjà travaillé avec la Maison Tellier par exemple, a enregistré et mixé l’affaire et le mastering s’est fait chez Raphael Jonin. Que du monde pour un résultat qui nous plait beaucoup ! Les retours sont très positifs. On aimerait d’ailleurs plus le défendre et multiplier les concerts  !

Fabrice Deperrois des Plastiqueurs a réalisé deux superbes lettres lumineuses. L’équipe (Rafaël Georges au son et Stan Morelle aux lumières) est très motivée … Il marque une belle étape dans notre aventure et a permis aussi d’évoluer avec le label « La Femme à Barbe » qui nous a soutenu depuis le début.
Cet album a permis aussi de consolider une relation « entamée » sur « Je suis Madame » avec Xav Feugray (nous faisions un duo sur le précédent album (avec guL aussi d’ailleurs) puisqu’il nous a offert un titre, "Revenants". On a réalisé un clip avec le jeune Victor Aureillan au Rêve de l’Escalier à Rouen sur le titre « Je suis Diva ».
Au final, c’est un album moins pop que « Madame », plus sombre, plus mélancolique, empreint aussi d’ironie, avec un son plus rock et des riffs plus acérés. Il nous va bien et on s’y plait ! C’est vrai que j’écris rarement des textes drôles. C’est très difficile je trouve et il faut s’appeler guL, Boule ou Claire Jau pour savoir faire cela. En revanche, j’essaie de compenser cette désespérance et cette ironie par un sens de l’humour et une connivence sur scène qui évite à tout le monde la dépression !


4- Quels sont tes projets à venir?

* Tout d’abord avec Paolo, Laurent et Pierre il y a des dates en acoustique et électrique pour la diva (formule à 4 ou plus réduite à 1 ou 2). Des envies aussi d’essais plus électro, des nouveaux titres en route … A voir à la rentrée quand nous reprendrons les répétitions.

* Et puis des projets plus « larges », pas simplement musicaux … L’album m’a permis de rencontrer des gens qui m’ont ouvert des horizons ! D’abord, comme j’ai fait pas mal de promo en acoustique dans des lieux divers et variés (galerie, librairie ou chez l’habitant), je me suis rendu compte que les titres prenaient une toute autre profondeur (même si je reste adepte de la saturation !!!). J’ai ainsi pu jouer dans la Galerie Reg’Art Manufacture à Rouen et rencontrer Philippe Argatti et Christian Levanti qui sont des soutiens précieux pour mes projets.
J’ai croisé aussi des artistes comme les peintres Antoine Josse, Charabia, la photographe Siska (Karine Rocher), des comédien/ne/s (Aurélie Dujarrier), des écrivains et notamment deux personnes qui ont un rôle très important pour la suite de l’aventure d’Arlette : Mickael Féron du
Rêve de l’escalier, plus connu sous le nom de Mon Sieur Rêve. Il m’a donné un sacré coup de main en terme de com’ pour la sortie de l’album et m’a permis de rencontrer plein de gens. Nous avons monté une sorte d'équipe auto-proclamée la "Dream Team" avec laquelle nous réalisons des projets culturels variés ... comme un roman photo pour l'Armada
(
http://www.grand-rouen.com/armada-2013-le-roman-photo-de-la-lady/culture/36874) (http://www.grand-rouen.com/s=note+sal%C3%A9e+pour+la+lady&submit=Recherche)!
J’ai aussi rencontré Stéphane Gouby, musicien et écrivain, notamment dans un groupe très original et tellurique : Mhönos. Apparemment tout pourrait nous séparer … Mais nous avons une grande estime réciproque et une façon de travailler similaire, très réactive, enthousiaste et motivante. Il m’a donc proposé de faire un
45tours ! On ne m’avait jamais proposé ça auparavant !!! Un 45 tours … « et plus si affinités ». Le projet se nomme « Princesse No » (feat Prince S. et Lady A.). Au départ on ne devait enregistrer que 2 titres (ce que nous commençons en septembre) mais comme on n’arrête pas d’échanger des mails avec des fichiers, des textes, du son, des idées de compos … ça commence à faire ! Je garde le suspense sur les compagnons et compagnes de route que nous allons croiser pour l’enregistrement ! Le 45 touts et/ou l'EP devrait voir le jour début 2014.

* Un nouveau clip de Victor Aureillan sur un remix du titre « Titube » par Yallinn (et particulièrement Eric Masure). Le groupe d’ailleurs sort son EP en septembre « The Patient #0 ». J’aime beaucoup ce qu’ils font et la touche d’Eric Masure sur le titre est vraiment intéressante. Il en a perçu à mon goût toute la mélancolie et la voix est vraiment mise en valeur (c’est très chanson ça du coup, pour un titre électro-pop).

* Des sorties de remix, d’abord sous forme numérique cet automne (par Gertrude Dupont, Yallinn, Hervé Tirilly de Stan the Flasher, Stéphane Gouby, Sab Hammer, … ) et peut-être sous forme de vinyl en 2014

* Deux projets qui me tiennent à cœur et qui préfigurent pour moi un virage dans la création : deux livres :
- l’un à paraître en novembre et soutenu par la Galerie Reg’Art Manufacture et Christian Levanti : 30 textes de Lady Arlette – 30 tableaux d’Antoine Josse (nous avions déjà réalisé un petit livret des textes de l’album avec des tableaux ou des sculptures d’Antoine. Nous réitérons en plus grand « Immobile Rodéo ») ; des amis viendront fêter la sortie en novembre avec nous et on devrait entendre pour l’occasion des remixes inédits. Là aussi, je n’en dis pas plus … c’est en cours !
- l’autre à paraître en décembre : « A la dérobée », texte de LA et photographies de Siska. Il s’agit d’une autobiographie de la robe de Lady Arlette, comme un robe movie !!! Nous lançons une souscription début septembre

 

news