recherche avancée

Chargement
interview
de Sheraf

Interview #20

 

Sheraf

 

 

1/ Bonjour Sheraf, pouvez-vous vous présenter ?

Je mène ce projet musical depuis 2004, j'ai sorti 2 maxis et 3 albums, le dernier en date est sorti en Novembre 2015. C'est un projet solo, même s'il y a des participations sur les disques. C'est un choix de faire ça seul, ça a certaines limites, comme celle de ne pas partager cette passion et de s'investir dans un projet avec d'autres personnes, mais ça me laisse une complète liberté, notamment en ne dépendant pas de la disponibilité des autres. Je fais ça à mon rythme, je peux être à fond pendant deux semaines et ne plus faire de musique pendant un mois. Et puis ça me permet de proposer un univers vraiment personnel.



2/ Comment définiriez-vous votre style de musique ? Quelles sont vos influences ?

C'est Electro/pop. Pop parce que ce sont des chansons, avec un format de 3 ou 4 min, des structures couplets/refrains. J'essaie de faire des choses mélodiques, accessibles. Et c'est électro dans les arrangements, car il y a beaucoup de synthétiseurs, de boîtes à rythme, etc. même si on entend aussi de la guitare, batterie, basse, contre-basse. Quant aux ambiances, je suis plutôt dans un registre mélancolique/planant.

J'écoute de tout, jazz, rock, pop, rap, électro, etc. il y a des trucs intéressants dans tous les styles parmi les groupes qui m'ont le plus marqué : Stereolab, Beck, le Velvet underground, Grandaddy, les Beatles, Belle & Sebastian, Sufjan Stevens, Clouddead.



3/ Votre album The Third Coming est sorti l'année dernière, pouvez-vous nous en parler ?

Ca a été un processus assez long, quasiment 4 ans. Même si c'est ma passion, je vis ça comme un loisir que je dois intégrer entre ma vie de famille et un boulot assez prenant. J'ai composé les morceaux de l'album et trouvé le gros des arrangements assez rapidement, Ce qui a été long, c'est d'en faire un produit fini, tout remettre au propre, écrire tous les textes, faire les bonnes prises pour les voix, les guitares, aller en studio pour l'enregistrement des batteries, et surtout mixer le tout. C'est ce qui m'a pris le plus de temps. Beaucoup de groupes ou d'artistes délèguent le mixage à un ingé son, mais j'avoue ne pas avoir pu passer la main. Et puis il y a tellement d'options possibles au moment du mixage que pour moi ça a fait partie intégrante de la composition, et puis l'aspect technique m'intéresse.

Quand je suis arrivé au bout de ce que je pouvais faire, j'ai tout écouté en studio avec Gaétan Le Calvez (N.U.I.T, Aloha Orchestra) qui a affiné les derniers réglages, et puis j'avais besoin de quelqu'un qui me dise "c'est bon, c'est fini tu t'arrêtes". Ce n'est pas forcément facile quand t'es tout seul, comme un peintre qui se demande si c'est son dernier coup de pinceau ou s'il ne peut pas encore améliorer un peu son tableau. Ensuite j'ai confié le mastering à un studio en région parisienne, pour le coup c'est un savoir-faire très spécifique, et ça demande vraiment une oreille extérieure. Une fois le disque fini j'ai bossé avec un ami infographiste (Stéphane Roussel) pour la pochette. N'habitant pas la même ville on a travaillé par internet en s'échangeant de nombreux mails. Et enfin j'ai travaillé avec le label Microcultures pour organiser la sortie du disque et j'ai bénéficié de leur plateforme de crowdfunding pour financer en partie le projet (mastering, pressage des CD et vinyles etc.). Le disque est finalement sorti en Novembre dernier, il est distribué sur toutes les plateformes internet, et en magasin, à la fois chez les grandes enseignes et dans un réseau de disquaires indépendants.



4/ Comment se passe le travail de composition ? Qu'est-ce qui vous inspire pour écrire vos chansons ?

Sur quelques morceaux j'ai une instru et je trouve le chant après, mais la majorité des chansons a été composée en guitare voix. D'ailleurs je pense avoir progressé au niveau de l'écriture. Les morceaux de mes précédents disques fonctionnaient grâce aux arrangements et aux ambiances, mes derniers morceaux tiennent mieux la route que ceux des disques précédents si je les chante simplement avec une guitare.

Une fois que j'ai une chanson, je ne pars pas avec une idée précise de ce que sera le morceau. J'y ajoute une deuxième guitare, un plan de synthé, une boite à rythme, et puis tiens si j'essayais ça etc. finalement je découvre le morceau à mesure que je le construis. Je ne me suis jamais posé la question de la direction que je devais prendre, je me laisse porter par ce qui sort. Et malgré le temps que ça m'a pris pour finaliser l'album, je suis globalement resté sur les idées que j'ai eu spontanément au début. Concernant les textes, je m'applique, j'y mets du cœur, je parle de mes sentiments, de mes enfants, de ma vie quoi. Ce sont des textes assez personnels mais qui n'ont pas vocations à être particulièrement mis en avant. J'écris des textes avant tout pour avoir un support, quelque chose à chanter, mais je conçois ma voix comme un instrument parmi les autres, et l'ensemble vise à créer une ambiance.



5/ Qu'est-ce qui arrive pour vous dans le futur ? Quels sont vos projets ?

Pour l'instant faire quelques concert. L'album est sorti, j'ai eu pas mal d'articles sur des webzines et dans la presse, mais s'il n'y a pas d'actu derrière ça retombe aussitôt. Et puis j'ai eu un déclic, j'ai simplement envie de jouer mes morceaux. Auparavant je n'avais pas cette envie. Faire de la musique en studio, composer, et faire de la scène, ce sont deux boulots très différents. Jusqu'à présent c'est vraiment le fait de faire des disques qui m'éclatait. Mais j'ai pris du plaisir lors de mes dernières expériences de concert, alors qu'avant c'était de la pression, du trac, et rien d'autre. Et puis aller sur scène ça a à voir avec l'Ego et la confiance en soi, ça suppose de se dire "c'est bien ce que je fais, ça mérite d'être montré", et ça je n'en ai jamais été vraiment persuadé. Mais bon, à force d'encouragements, et après avoir lu tous les articles et bonnes chroniques qui ont jalonnés la sortie de mes disques, j'ai fini par entendre qu'il y avait quelque chose dans ma musique qui pouvait toucher les gens, et que j'avais une légitimité à aller la défendre sur scène. Baptême du feu le 16 Juin au Tétris au Havre !



6/ Pour finir vous écoutez quoi en ce moment ?

Toujours de tout. Mais je ne lasse pas du dernier Sufjan Stevens, et aussi Beach House, Kevin Morby, Flavien Berger, et aussi les disques de mes potes de Grapes et de Shubni, deux super groupes du Havre, et un tas d'autres.


Pour écouter la musique de Sheraf c'est ici
http://sonotheque-normandie.com/artiste-197-sheraf.php

news