recherche avancée

Chargement
interview
de Brav

Interview #25

 

Brav

 

 

1/ Pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Brav, artiste rap de la scène havraise depuis une dizaine d’années au sein du label Dinrecords. Membre du groupe Bouchées Doubles avec l'artiste Tiers Monde, je viens de sortir mon tout premier album solo « Sous France » le 26 janvier dernier.


2/ Vous avez sorti Sous France en janvier, pourquoi avoir attendu si longtemps pour sortir cet album ?

La crise de la trentaine (rires) ! En fait, j’avais quasi terminé l’écriture et la réalisation de cet opus déjà intitulé « Sous France » quand j’ai réalisé que les jeunes qui explosent dans ce courant musical ont l’âge de mes débuts. Petit à petit, j’ai hésité en me posant des tas de questions bêtes et j'ai finalement décidé de repousser la sortie à une date inconnue à ce moment. Comme un arrière goût de non fini, j’ai ensuite donné à des artiste présents sur la scène rap des morceaux de cet opus. C’est comme ça que par exemple « Post Scriptum » s’est retrouvé dans l’album de Kery James ou que le titre « Et tu montes » sur celui de Tiers Monde. Cela m’a redonné un second souffle alors j’ai décidé de reprendre le chemin du studio et me voilà...


3/ Vous êtes en pleine tournée de Sous France avec une série de concerts en appartement, comment ça se passe ? Quels sont les retours du public ?

Bien, c’est une aventure extraordinaire. Les rencontres sont des plus étonnantes avec une mixité sociale énorme. Ce qui me donne une énergie de dingue que je ne pensais plus avoir. Lors de la finition de cet album, nous savions avec les membres du label qu’il allait être autre chose qu’un simple CD alors il fallait que notre démarche puisse aller plus loin. Nous avons décidé de réaliser entièrement notre tournée en appartement pour continuer, à l'image de l’album, d’être au plus proche des gens tout en tissant des liens forts avec la plupart de ceux que je rencontre. Il faut préciser que ce sont les gens eux-mêmes qui organisent ma venue chez eux. Par exemple, une personne a un appartement dans une ville, il réunit des amis, sa famille, puis il lance des invitations à de parfaits inconnus via les réseaux sociaux. Chacun ramène de quoi passer un moment de partage et voilà comment se déroule un concert en appartement. En tout cas, c’est à faire et à refaire !!!


4/ Vous avez également sorti La Lune sans les étoiles, un livre photos sur la Palestine, comment ce projet est-il né ?

Ce projet est né suite à un voyage effectué en Palestine en décembre 2013. En rentrant, j’avais envie de partager les nombreuses photographies de ce voyage avec mes amis. Puis, un jour, je reçois un message d’une personne me disant « si tu compiles tes photos dans un livre, je te l'achète », puis une autre personne m’envoie le même message, et encore une autre, etc. Alors, je me suis dis que je devais peut-être le faire. Seulement, je souhaitais que ce projet ne soit pas un moyen de m’enrichir financièrement mais plutôt humainement. Et voilà comment est né le projet de « La lune sans les étoiles » … J'en raconte un peu plus sur une vidéo que vous pouvez retrouver sur mes réseaux sociaux car l’interview va finir en roman sinon (rires).



5/ Vous étiez à We Love Le Havre, qu'est-ce qui vous plaît dans ce festival ?

Alors plusieurs choses. Tout d’abord, le nom We Love Le Havre. Etant un très grand fan de ma ville, lorsque je me retrouve à l’autre bout de la France et même à l’étranger, je vends celle-ci comme si c’était Paris (rires) et encore nous, on a la mer (rires). Ce genre de festival est un moyen d’exposer mon travail donc très utile pour le jeune artiste que je suis et il y a une multitude de savoir-faire dans ce même événement avec des artistes de tous genres confondus. Il y aussi des graphistes, des vidéastes, des plasticiens qui y participent. La dynamique autour de la scène havraise qu’essaie de mettre en place l’association I Love LH donne une motivation aux jeunes générations. Ici aussi, nous avons un festival de qualité qui donne la possibilité à quiconque d’exposer son univers et de fédérer autour de son travail les premiers supporters naturels qui soient : les habitants du Havre !





news