recherche avancée

Chargement
Cesium
Ville
Rouen
Création
01/01/1997
Fin
01/01/2000

CESIUM a vu le jour en Normandie en plein milieu des années 90.

Au départ fortement influencé par Sacha Distel et Cindy Lauper, le groupe opère rapidement un virage radical qui le conduira sur les traces des Stooges, des Damned, et de tout ce que le punk rock 70’s a fait de meilleur.

Enfin, peut-on parler de groupe à cette époque ? Plutôt d’étudiants vaguement chevelus trompant leur ennui provincial dans les demis pressions, le billard et le rock’n’roll.

Après avoir connu une vague de batteurs successifs emmenés au gré des concerts dans la banlieue ouvrière rouennaise ou le bocage normand, le groupe se stabilise autour de 1997 avec l’arrivée de Lionel Jospin au gouvernement qui coïncide avec l’arrivée d’un nouveau batteur. La première « Dream Team » est prête. La formule enfin trouvée, le groupe se décide à répandre la bonne parole autant que faire se peut lors de multiples concerts.

En 1998, la rencontre avec Dominique Laboubée, chanteur-guitariste-compositeur des Dogs (groupe mythique de la scène rouennaise qui a connu son heure de gloire dans les années 80, avec plusieurs albums et des tournées internationales - sera déterminante.
Séduit par les compositions et l’énergie du quatuor, ce dernier décide de produire le premier EP sept titres du groupe, « No Kidding ».

Les critiques positives (dans Rock and Folk, Guitare et Claviers, divers fanzines) d’une part, et l’appui de Dominique d’autre part, aident le groupe à se développer : les concerts se multiplient, avec des premières parties des Wampas et des Dogs …

En 1999, le groupe se lance dans une mini tournée en Angleterre, au Pays de Galles. En 2000, ce sera la Belgique.

Côté discographie, CESIUM apparaîtra sur diverses compils de fanzines, et figurera même sur une compil Tribute to James Bond sortie en vinyle au milieu de douze autres groupes anglais !

Mais l’arrivée du nouveau millénaire sonne le glas de ce CESIUM première époque/canal historique. On ne peut pas rester étudiant à vie ET trouver du travail dans une région pas toujours bien en point. Certains déménagent à Paris, d’autres plus loin, à Lille, voire à Helsinki.
 

Suggestion

Toboggan

discographie

No Kidding

1998

  • 1. Rather be dead 1:41
  • 2. United 2:53
  • 3. Hospital 1:27
  • 4. Now 1:56
  • 5. Filthy 4:15
  • 6. I don't care 2:38
  • 7. Wreckin' hours 2:23
Batterie : Eric Roussigné
Guitare(s) : Matthieu Mattard
Guitare(s) : Julien Louvrier
Voix : Julien Louvrier
Voix : Matthieu Mattard
Ingénieur du Son : Dominique Laboubée


Enregistrement : Studio La croix blanche
Provenance du disque : FABRIK A SONS

news